Lutin Pablo et son champignon.

Pablo, un petit lutin, avait vécu toute sa vie dans un champignon rouge à pois blancs, au milieu de la forêt. Il avait tout ce dont il avait besoin : un lit confortable, un poêle chaud, un garde-manger plein de délices et un jardin rempli de fleurs. Mais Pablo n'était pas heureux. Il avait un grand rêve : il voulait vivre dans une vraie maison humaine.

Il avait souvent vu des gens passer dans la forêt, avec leurs grands sacs à dos et leurs chaussures de randonnée. Il avait secrètement observé leurs maisons, si belles et grandes. Il avait vu comment ils ouvraient et fermaient des portes et des fenêtres. Il avait entendu leur musique, leurs rires et leurs conversations. Il avait senti les délicieuses odeurs de leurs cuisines, si différentes de sa soupe aux champignons. Il se demandait ce que cela ferait de vivre dans une telle maison, avec toutes ces choses qu'il n'avait pas.

Un jour, il décida de réaliser son rêve. Il prit sa valise, ajusta sa casquette rouge sur ses oreilles et se dirigea vers le village. Il marcha pendant des heures jusqu'à ce qu'il voie enfin les premières maisons. Il fut impressionné par les couleurs, les formes et les décorations. Il y avait des maisons avec des toits pointus, des toits ronds, des toits plats. Il y avait des maisons en briques, en bois, en verre. Il y avait des maisons avec des jardinières, des drapeaux, des lanternes. Il ne savait pas où regarder.

Il chercha une maison qui lui convenait, mais il n'en trouva aucune. Toutes les maisons étaient trop grandes, trop bruyantes, trop agitées. Il se sentit perdu et seul. Il regrettait son champignon, son poêle, son jardin. Il réalisa qu'il avait fait une erreur. Il voulait retourner chez lui.

Il fit demi-tour et courut aussi vite qu'il le put. Il espérait que son champignon était toujours là, que personne ne l'avait détruit ou emporté. Il espérait être encore à temps. Il courut et courut jusqu'à ce qu'il retrouve la forêt. Il vit les arbres, les fleurs, les animaux. Il sentit l'air frais, la terre, les champignons. Il entendit les oiseaux, le vent, le silence. Il se sentait chez lui à nouveau.

Il arriva à son champignon et constata qu'il était toujours là, exactement comme il l'avait laissé. Il ouvrit la porte et entra. Il vit son lit, son poêle, son garde-manger. Il vit son rêve, son bonheur, sa vie. Il sourit et soupira de soulagement. Il était de retour chez lui.

Il ferma la porte et se glissa dans son lit. Ses yeux se fermèrent et il plongea dans un sommeil profond. Plus de rêves d'une vraie maison humaine, mais maintenant, il rêvait de son champignon. Et tu sais quoi ? Soudain, il réalisa qu'il n'y avait pas de meilleur chez-soi que son propre champignon. Il était le lutin le plus heureux de toute la forêt ! Il comprit qu'un lutin doit être satisfait de ce qu'il a. Et c'était le cas. Et ainsi, il vécut heureux dans son modeste champignon pour le reste de ses jours.